Le long-métrage de László Nemes en tête du box office le jour de sa sortie

Le fils de Saul de László Nemes a attiré le public lors de sa sortie française le 4 novembre 2015. Ce film, emblématique d’une nouvelle génération de cinéastes, est le premier long-métrage du jeune hongrois.

László Nemes a été accueilli au Groupe Ouest en 2012 dans le cadre des sessions internationales avec le TorinoFilmLab pour son second long-métrage – Sunset – en phase de pré-production.

László Nemes : « Ce film est pour moi plus qu’une histoire ou un sujet. Il propose une approche du cinéma qui va contre les tendances de plus en plus télévisées du moment : l’esthétique de la monstration, de la surexplication, le fait de ne plus faire confiance au spectateur. Or tout ce que l’esthétique télévisuelle a fait en mangeant le cinéma, c’est tuer le désir du spectateur. Avec ce film je m’interroge aussi sur comment faire en sorte que le désir demeure dans le cinéma… » Extrait de l’interview de László Nemes et Clara Royer (co-scénariste) par Pamela Pianezzi pour Tess Magazine

En mai 2015, pour sa première participation au Festival de Cannes, László Nemes avait remporté le Grand Prix du plus prestigieux festival au monde avec Le Fils de Saul. Son film avait alors marqué les esprits comme un film résolument hors-normes sur les camps de la mort.

BANDE D’ANNONCE

 

PITCH
Octobre 1944, Auschwitz-Birkenau. Saul Ausländer est membre du Sonderkommando, ce groupe de prisonniers juifs isolé du reste du camp et forcé d’assister les nazis dans leur plan d’extermination. Il travaille dans l’un des crématoriums quand il découvre le cadavre d’un garçon dans les traits duquel il reconnaît son fils. Alors que le Sonderkommando prépare une révolte, il décide d’accomplir l’impossible : sauver le corps de l’enfant des flammes et lui offrir une véritable sépulture.