Le long-métrage écrit par Sabrina B. Karine & Alice Vial – Groupe Ouest 2011 – sur les écrans français le 10 février !

La sortie des Innocentes est une sorte de conte de fées : deux jeunes scénaristes remplie d’une énergie hors norme, repérées au Festival international des scénaristes en 2011, auquel le Groupe Ouest remet un prix. Contenu du prix : convocation quinze jours plus tard à la Sélection Annuelle du Groupe Ouest. Au programme, main dans la main avec un groupe de six auteurs, quatre sessions de coaching d’écriture en résidence à Brignogan-Plages, Nord-Finistère. Un soutien sur neuf mois, sur site, à distance, sur site à nouveau, le nez dans les vols de mouettes, et les debriefings au Café du Port, avec Marcel Beaulieu et Yann Apperry en mentors.

Le corps à corps avec leur sujet prend alors des allures de combat titanesque : « Pologne, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une infirmière de la Croix-Rouge française découvre que dans un couvent des environs de Varsovie, une trentaine de nonnes s’apprêtent à accoucher, violées par des soldats russes… ». Un fait divers leur a été raconté, une histoire vraie à propos de laquelle elles ne trouvent pas la moindre trace, le moindre témoignage fiable. Les faits ont été enfouis dans le plus grand secret, compte-tenu des tabous de l’époque… Il leur faut tout ré-inventer, se glisser elles-mêmes à l’intérieur du drame pour le faire naître et en tirer la substance intime. Un an au Groupe Ouest leur permet de poser des bases suffisamment solides pour qu’Isabelle Grellat (Mandarin Cinéma), qui les avait repéré au Festival international des scénaristes, décide de se lancer dans l’aventure en tant que productrice, passionnée par le défi à relever. Et parmi ces défis, le tout premier est de trouver un (ou une) metteur en scène à la hauteur d’une telle histoire.

Mais cette histoire, ce scénario « montagne » à livrer, Alice et Sabrina n’en sont pas encore arrivées au bout, besoin de continuer à creuser, d’affiner encore. Le Groupe Ouest les introduit auprès de son partenaire de toujours, le TorinoFilmLab, devenu le rendez-vous incontournable du jeune cinéma venu du monde entier en phase de développement. Sélectionnées au TorinoFilmLab, Alice et Sabrina reviennent en 2012 travailler sur les plages du Groupe Ouest, cette fois avec une mentor hollandaise, Anita Voorham. Ça sent le dernier tour de piste. Les deux scénaristes travaillent comme des forçats, conscientes de tenir au bout de leurs doigts un sujet important, une vision puissamment féminine de l’horreur de la guerre.

L’arrivée d’Anne Fontaine sur le projet annonce l’imminence de la dernière ligne droite. Encore quelques foulées d’affinage qui permettront à la réalisatrice de faire sien le scénario en collaboration avec Pascal Bonitzer, et Alice et Sabrina découvrent cette part troublante et belle du métier de scénariste : le tournage arrive, leur bébé passe dans d’autres mains, le cinéma est un sport collectif après tout, autant s’y faire. Et lors des premières projections, les deux jeunes femmes n’en reviennent pas : le film est là, et c’est bien cette histoire qu’elles ont sculptée patiemment pendant cinq ans, transmuée en matière réelle, palpable et sensible par un travail d’orfèvre en mise en scène comme en photographie…

Et la semaine dernière, le film était présenté en grande pompe au Sundance de Robert Redford : Les Innocentes sont le premier film européen depuis 2003 à figurer parmi les révélations 2016 montrées en avant-premières mondiales. Le Dernier était Good-Bye Lénine ! Un succès de la même ampleur serait une belle manière de conclure le conte de fée…

 

Le développement a été suivi par Isabelle Grellat au sein de Mandarin Cinéma. Le film est produit par Eric et Nicolas Altmayer de Mandarin Cinéma, co-produit par Eliza Oczkowska et Klaudia Śmieja de Aeroplan Film (Pologne), et distribué par Mars Distribution.

BANDE D’ANNONCE

Les Innocentes en salle le 10 février.

Avant-première organisée par le Groupe Ouest et le Crédit Agricole du Finistère le 9 février au cinéma l’Image de Plougastel-Daoulas.