Yann Le Quellec

Yann Le Quellec débute sa carrière dans la production de films en créant et dirigeant les Sofica Cinémage (associées à la production de plus de 300 long-métrages) et les sociétés White Light Films / Les Films de mon moulin. En 2012, il écrit et réalise Je sens le beat qui monte en moi (Prix du public aux festival de Brive, Prix du public et Prix de la presse internationale au Film French Festival d’Unifrance et aux Lutins du court-métrage, Grand Prix du Festival de Vendôme, et lauréat de nombreux festivals internationaux) puis, en 2013, LE QUEPA SUR LA VILNI ! (Prix Jean Vigo, Quinzaine des réalisateurs, Festival de Clermont Ferrand…). Ces deux moyen-métrages ont bénéficié d’une sortie nationale en salles et en DVD en 2014.
Avec Cornelius, le meunier hurlant, librement inspiré du roman de l’écrivain finlandais Arto Paasilinna, Yann signe son premier long-métrage. Sélectionné dans de nombreux festivals (Prix du Public au Festival de Belfort, Festival Premiers Plans d’Angers…), il sortira dans les salles le 2 mai 2018.
Yann Le Quellec est également auteur de bandes dessinées aux Editions Delcourt : Love is in the air (guitare), traduit dans plusieurs pays, et Le Royaume d’Hérouville (en cours de parution).

Señor Coconut

La vie de gestionnaire de syndic n’est pas rose tous les jours. Pour Albert Manchot, c’est même un chemin de croix : malgré tous ses efforts pour régler les problèmes de copropriété, les Assemblées Générales sont homériques et Albert Manchot en ressort toujours humilié. Son patron, inquiet du moral des troupes, organise pour remotiver son personnel un boat & road trip dans l’Archipel de San Sombrero. Une fois sur place, Albert Manchot, manque le départ de l’excursion. Il retrouvera ses collègues le lendemain. En attendant, sur l’île, Albert Manchot découvre une plage paradisiaque. Sommé par un habitant de se présenter Albert lâche contre toute attente : « Je suis Señor Coconut » du nom du héros du livre de son enfance. De fait, Albert va progressivement disparaître pour laisser le Señor Coconut en lui se révéler. Señor Coconut, prétend être propriétaire de la plage, construit son « palais » et réunit autour de lui une communauté heureuse et bienveillante. Mais changer d’identité n’est pas chose facile et Señor Coconut, promulgué chef de la rébellion contre le projet de construction d’un golf, va bientôt s’en apercevoir.

© Photo Riccardo Olerhead