Olivier Loustau

Après une maîtrise de communication au CELSA, Olivier Loustau suit des cours d’art dramatique avec Vera Gregh, Blanche Salant, au studio Pygmalion et commence rapidement à tourner pour le cinéma et la télévision. A l’automne 1992, obsédé par un vieux rêve de journalisme, il part, pour un reportage free lance dans Sarajevo assiégée. Il en ramènera un récit publié dans la Règle du Jeu.
Il joue ensuite dans les films de Bertrand Tavernier, Thomas Gilou, Dominique Farrugia, Nicolas Boukhrief, Cédric Anger, Nicole Garcia mais, surtout, Abdellatif Kéchiche dont il devient l’un des interprètes fétiches (La Faute à Voltaire, L’Esquive, La Graine et le Mulet et Vénus Noire).
Parallèlement, il rejoint le Conservatoire européen d’écriture audiovisuelle, puis l’Atelier Scénario de la Fémis. Il collabore à l’écriture de plusieurs scénarios dont CAPONE, un film pour Arte réalisé par Jean-Marc Brondolo, récompensé au FIPA de Biarritz, SCALP, une série 8X52′ sur la Bourse pour Canal+ réalisée par Xavier Durringer et Jean Marc Brondolo, QUAND LA VILLE MORD de Dominique Cabrera pour France2/Arte ou FÉLICITÉ d’Alain Gomis, Ours d’argent au festival de Berlin 2018. Désormais, il se partage entre la comédie et l’écriture.
Après un premier court-métrage, C.D.D., Olivier Loustau réalise FACE À LA MER, un moyen-métrage pour Arte, produit par Patrick Grandperret avec qui il partage la passion d’un cinéma indépendant, de la moto et le goût de l’aventure. Puis il se lance dans la réalisation de son premier long-métrage, La FILLE DU PATRON, co-produit par Patrick Grandperret, Julie Gayet et Lisa Azuelos, dans lequel il tient le rôle principal aux côtés de Christa Théret. Le film, sorti en janvier 2016, a connu un vif succès critique et reçu plusieurs prix au FF de Cabourg, au FIF d’amour de Mons, au FIF de Bucarest et au Carbonia FF.
Depuis, il continue à jouer dans les long-métrages de Arnaud des Pallières, Thierry Klifa, Mia Engberg, Nadav Lapid ou José Alcala. Il prépare actuellement son deuxième film.

Tir Ami

Djebel algérien, Kabylie, 1959. Une patrouille de l’armée française tombe dans une embuscade et le capitaine est tué. Mahut, jeune sous-officier fraîchement débarqué en Algérie, doit assumer le commandement du petit groupe de survivants. Ils parviennent à se dégager et, partant à la poursuite, des combattants nationalistes alériens, encerclent un petit hameau. Là, Mahut voit un de des soldats, ivre de rage, exécuter des enfants et violer une jeune fille. Incapable de l’arrêter, Mahut le tue.
Dès lors, hanté par son crime et, désormais prêt à tout pour le garde secret, Mahut doit ramener le groupe à la base.